© 2018-2020 by Florence Dutheil 

© Enfantillages le magazine des livres pour enfants & ados qui s'écoute et qui se lit

Deux fois par mois, les 2e et 4e mercredis du mois, pleins feux sur la littérature jeunesse ! 

Quels livres lire et offrir ? Les conseils de lecture de Rémi dans mon livre préféré.

Les nouveautés du rayon jeunesse dans tout nouveau tout beau.

Qui sont ces hommes et ces femmes qui font les livres et les font aimer ? interviews et reportages dans le micro en balade.

Tous les textes et sonores sont signés Florence Dutheil.

 enfantillages-mag@outlook.com

Aucune reproduction autorisée sans accord de l'auteure.

Mentions légales. Politique de confidentialité

 Quelles nouveautés au rayon jeunesse ? Quel livre pour mon enfant, mon ado ? 

  • Instagram
  • SoundCloud sociale Icône
  • Spotify Icône sociale
  • Youtube
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

La chronique de Rémi dans Enfantillages !

Mon livre préféré

27 novembre 2019

  • Instagram
  • Spotify Icône sociale
  • SoundCloud sociale Icône
  • Facebook
  • Twitter
  • YouTube

Le Théorème du parapluie ou l’art d’observer le monde dans le bon sens

de Mickaël LAUNAY, illustré par Chloé BOUCHAOUR (FLAMMARION).

Le livre s’ouvre par un constat étonnant de la part du célèbre vulgarisateur. « Depuis mon cours élémentaire, confesse l’ancien élève de Normale Sup’ auteur d’une thèse en probabilités, il ne s’est pas passé une année de ma vie sans que je réalise que je pensais de travers des choses que je croyais bien savoir ».

On avait adoré Le Grand Roman des maths et le polar de L’Affaire Olympia, sur les traces du mathématicien Poincaré. Voici un livre qui remet en cause nos certitudes et veut nous « apprendre à regarder différemment ce que nous croyons déjà bien connaître ».

C’est une vraie aventure, où les nombres sont « des idées, des objets imaginaires dont nous nous servons comme intermédiaires de pensée ». Que ceux qui voient les maths comme une glaciale et rationnelle science exacte se détrompent ! C’est, dit le logicien Bertrand Russel, «  la discipline dans laquelle on ne sait jamais de quoi on parle, ni si ce que l’on dit est vrai ».

Pour Mickaël LAUNAY, « faire des mathématiques, c’est entrer dans les coulisses du monde ». Mais attention, si le spectacle est éblouissant, il est aussi perturbant, car il  «  défie nos sens et notre intuition ». Et il implique de renoncer à ce qu’on pensait définitivement acquis pour se jeter dans l’inconnu. C’est ce qu’ont fait tous ceux qui ont révolutionné notre compréhension du monde en faisant progresser la science.

Pour se déplacer sans être mouillé, on utilise un parapluie. Eh bien, face à une question sans réponse, l’invention d’un parapluie s’impose. C’est « le changement de point de vue, c’est le décalage, c’est l’art de faire un pas de côté pour voir les choses sous un autre angle, plus adapté et plus efficace ». Le grand savant est celui qui invente le bon parapluie au bon moment, «  sans peurs, ni hontes, ni préjugés ». « Il ne faut pas craindre les ruptures, voilà la sagesse des parapluies ».

Première étape : abandonner les constructions numériques préfabriquées, oublier nos connaissances et nos biais culturels pour retrouver notre sens premier des quantités. D’instinct, notre pensée est multiplicative et non additive.  Penser en ordre de grandeur : voilà la marche à suivre. C’est ce que fait l’échelle de Richter, utilisée pour les tremblements de terre. Une unité y correspond dans la réalité à une multiplication par dix d’un séisme : une secousse de magnitude 7 tremble dix fois plus qu’une secousse de magnitude 6.

LAUNAY nous fait voyager dans le temps et dans l’espace. Du Moyen-Orient, à Nippur, où dans l’Antiquité, sans utiliser de zéro ni de virgule,  les élèves écrivaient à la pointe du calame, sur des tablettes d’argile, des opérations pourtant tout à fait justes. Jusqu’à l’Ecosse du XVIe siècle, où John Napier réussit le prodige de transformer les multiplications en additions grâce aux tables de logarithmes. Puis direction la France et la Californie où, au XXe siècle, Benoît Mandelbrot invente une nouvelle classe d’objets mathématiques, des  «  figures à la fois si belles et si mystérieuses », les fractales. Oui, on peut dire que les côtes de Grande-Bretagne ont une longueur infinie. Et on comprend pourquoi les seigneurs du golfe de Tunis se sont laissé prendre à leur propre piège quand ils ont accordé à Didon un terrain aussi grand que ce que pourra entourer la peau d’un bœuf, c’est-à-dire un espace ridiculement petit dans leur esprit : la princesse phénicienne a réussi à y enfermer un territoire suffisant à la création de Carthage, vaste de 4 km2 !

 « Comment être sûr de ce que l’on sait ? », poursuit l’auteur. «  Est-il possible d’atteindre le point de certitude où plus aucune faille n’est possible ? 

Les frontières marquées par les mots sont, on le sait, artificielles et floues. Il existe d’ailleurs des langues vleubertes où un seul mot désigne à la fois le bleu et le vert. Les Papous Berinmos en ont un et seulement un pour signifier le violet, le vert et le bleu et un autre pour évoquer le jaune, l’orange et un certain vert. Est-il possible que des quiproquos existent aussi en mathématiques ?

Pour le savoir et pour introduire la star des formules, E = mc², Mickaël Launay interpelle le lecteur : vous, là, qui me lisez, à quelle vitesse allez-vous ? Vous êtes assis sans bouger et pourtant, lecteur, votre immobilité est toute relative ! Elle est même indistinguable de la vitesse. « C’est une différence de perception subjective qu’aucune expérience ne peut mettre en évidence ». Puisqu’elle parcourt chaque année son orbite à la vitesse de 30 km/s, il n’est d’ailleurs pas faux de dire que la Terre est un train comme les autres !  Tout est relatif, on vous dit, la vitesse, l’immobilité et même la position et la simultanéité. Impossible dès lors de certifier que deux événements se sont produits au même moment (car chacun a sa propre géométrie du temps).              

Le voyage s’achève avec la toute première photographie d’un trou noir, prise le 10 avril 2019. Elle est l’occasion de nous montrer qu’on vieillit moins vite au niveau de la mer qu’au sommet d’une montagne. C’est dû à la distorsion du temps à proximité des astres massifs, y compris la Terre. Les GPS prennent en compte cette relativité temporelle. Sinon il y aurait des écarts de plusieurs kilomètres dans nos positions.        

C’est prodigieux et vertigineux. Les questions à venir et les réponses à trouver sont infinies. « Que reste-t-il à comprendre dans ce monde que personne n’a encore compris faute d’avoir eu l’idée ? », interroge pour finir l’auteur. Avant de répondre, rassurant :

«  N’ayons pas peur des choses que nous ignorons, elles sont nos plus beaux projets ».

      

La chaîne YouTube

de Mickaël Launay,

MicMaths, a plus de

400 000 abonnés. 

  • Instagram
  • SoundCloud sociale Icône
  • Spotify Icône sociale
  • Youtube
  • Facebook Social Icône
  • Twitter Icône sociale

La chaîne YouTube

de Mickaël Launay,

MicMaths, a plus de

400 000 abonnés. 

Retrouvez mes conseils de lecture

(par ordre chronologique de mes chroniques, cliquez pour lire/écouter ou faites défiler l'onglet " Mon livre préféré " dans le menu : attention, contenu réservé à mes abonnés ! ). 

La Guerre des clans d'Erin HUNTER

Chat perdu de Jean-Noël BLANC

Le Journal de Gurty de Bertrand SANTINI

Georges et les Secrets de l'univers de Stephan HAWKING

Le Trésor de Barracuda de Llamos CAMPOS

Des dieux et des boulettes de Maz EVANS

Le Grinch du Dr SEUSS

Le Mystère du corps humain de Jan Paul SCHUTTEN

Les Loups-Garous de Thiercelieux : Lune Rousse de Silène EDGAR

et Paul BEORN

Enigmes au fil de l’Histoire – Résous 25 mystérieuses affaires

de Victor ESCANDELL

L’Enigme Christophe Colomb d’Anne POUGET

Charlie Fisher et le Gang des Whiz de Colin MELOY

Les Mystères de l’eau de Blaise HOFMANN

Le Monde de Lucrèce,tomes 1, 2 & 3 d’Anne GOSCINNY

Einstein vu par un ado et par ses potes de Natacha QUENTIN

Pagaille en Antarctique de Daphné BUIRON 

Au service de Sa Majesté la mort, tome 1 - L’Ordre des revenants et tome 2

De vieux ennemis de Julien HERVIEUX

L'Aventure de Castle Rock de Natasha FARRANT

La Curieuse Histoire d'un chat moribond et Une autre histoire curieuse d'un chat moribond de Marie-Renée LAVOIE

Les Voleurs d’histoires de James RILEY

Mystère en chocolat de Caroline PEROT

Je ne suis pas un héros de Sophie ADRIANSEN

Les Agents secrets de la cour de récré de Philippe ARNAUD

La Cavale de Ulf STARK

SOS Créatures fantastiques - Le Réveil des bébés griffons de Tui T. et Kari SUTHERLAND.

La Nuit des géographes de Gilles BAUM

MASCA d'Erik L'HOMME et Eloïse SCHERRER.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now